Avalanches : tout savoir sur le DVA

Dans certaines conditions, le ski comporte des risques non négligeables, pour lesquels il est nécessaire de prendre des précautions et appliquer quelques règles de bases.

En complément de la pelle et de la sonde, le DVA (Détecteur de Victime d'Avalanche) fait partie de la panoplie d'objets à emporter sur soi lorsqu'on prévoit une sortie en hors piste pour une session de freeride ou une randonnée. Cet appareil permet de localiser une victime ensevelie suite à une avalanche, son utilité est donc vitale puisqu'il permet d'augmenter les chances de survie en attendant l'arrivée des secours sur place.Dans certaines conditions, le ski comporte des risques non négligeables, pour lesquels il est nécessaire de prendre des précautions et appliquer quelques règles de bases.

En complément de la pelle et de la sonde, le DVA (Détecteur de Victime d'Avalanche) fait partie de la panoplie d'objets à emporter sur soi lorsqu'on prévoit une sortie en hors piste pour une session de freeride ou une randonnée. Cet appareil permet de localiser une victime ensevelie suite à une avalanche, son utilité est donc vitale puisqu'il permet d'augmenter les chances de survie en attendant l'arrivée des secours sur place.Dans certaines conditions, le ski comporte des risques non négligeables, pour lesquels il est nécessaire de prendre des précautions et appliquer quelques règles de bases.

En complément de la pelle et de la sonde, le DVA (Détecteur de Victime d'Avalanche) fait partie de la panoplie d'objets à emporter sur soi lorsqu'on prévoit une sortie en hors piste pour une session de freeride ou une randonnée. Cet appareil permet de localiser une victime ensevelie suite à une avalanche, son utilité est donc vitale puisqu'il permet d'augmenter les chances de survie en attendant l'arrivée des secours sur place.Dans certaines conditions, le ski comporte des risques non négligeables, pour lesquels il est nécessaire de prendre des précautions et appliquer quelques règles de bases.

En complément de la pelle et de la sonde, le DVA (Détecteur de Victime d'Avalanche) fait partie de la panoplie d'objets à emporter sur soi lorsqu'on prévoit une sortie en hors piste pour une session de freeride ou une randonnée. Cet appareil permet de localiser une victime ensevelie suite à une avalanche, son utilité est donc vitale puisqu'il permet d'augmenter les chances de survie en attendant l'arrivée des secours sur place.

Dans certaines conditions, le ski comporte des risques non négligeables, pour lesquels il est nécessaire de prendre des précautions et appliquer quelques règles de bases.

En complément de la pelle et de la sonde, le DVA (Détecteur de Victime d’Avalanche) fait partie de la panoplie d’objets à emporter sur soi lorsqu’on prévoit une sortie en hors piste pour une session de freeride ou une randonnée. Cet appareil permet de localiser une victime ensevelie suite à une avalanche, son utilité est donc vitale puisqu’il permet d’augmenter les chances de survie en attendant l’arrivée des secours sur place.

Le DVA, qu’est-ce que c’est exactement ?

Le DVA se présente sous la forme d’un petit boîtier ayant une fonction d’émetteur-récepteur. Simple d’utilisation, il émet des signaux à une fréquence exacte de 457 kHz afin qu’un appareil en émission soit facilement repéré par un appareil en mode réception, quels que soit la marque et le modèle de ce dernier.

DVA

Nolispanmo – Wikimedia Commons

Avant de partir en freeride ou en randonnée, le DVA doit être placé en mode émetteur. En cas d’avalanche durant la sortie, les personnes ensevelies pourront ainsi être repérés et secourus plus rapidement par les personnes présentes qui auront alors pris le soin de placer leur DVA en mode réception (recherche). Sachant que les chances de survie diminuent rapidement en fonction du temps passé sous la poudreuse, chaque personne faisant une sortie en hors piste doit avoir suivi un entraînement spécifique pour porter secours aux personnes ensevelies.

Apprendre à utiliser un DVA

Les DVA actuels sont de plus en plus simples d’utilisation mais cette simplicité demande tout de même un entraînement car en situation réelle, le manque d’expérience, le stress et/ou la panique peuvent rapidement nous mettre en difficulté.

Il existe des méthodes de recherche bien précises et des règles de base à assimiler pour pouvoir porter secours de manière rapide et efficace à une ou plusieurs personnes ensevelies. Certains gestes doivent devenir des réflexes et pour ce faire il est nécessaire de suivre des formations régulièrement avec des spécialistes.

Des organismes spécialisés comme l’ANENA (Association Nationale pour l’Étude de la Neige et des Avalanches) proposent des formations DVA avec des cours théoriques et pratiques avec mises en situation sur le terrain :

  • Formation DVA 1: maîtriser l’utilisation du matériel de secours DVA-Sonde-Pelle ainsi que les méthodes de recherche, de localisation et de dégagement d’une victime ensevelie
  • Formation DVA 2: maîtriser l’organisation d’un sauvetage avalanche en autonomie ainsi que certaines méthodes de recherche en situation complexe (multi-ensevelissement)

Les formations de l’ANENA s’appuient sur des méthodes et des connaissances reconnues au niveau international.

Formation avalanche

Jerome Bon – Flickr

Quelques conseils importants

Savoir utiliser un DVA et intervenir pour secourir des personnes en cas d’avalanche n’empêche pas de retenir quelques règles de base pour ne pas réduire les chances de se sortir d’une situation délicate :

  • Porter son DVA au plus près de son corps pour éviter de se le faire arracher par la puissance de l’avalanche
  • Toujours porter son DVA sur soi, pas dans un sac ou autre endroit quelconque
  • Ne pas oublier la pelle et la sonde pour extraire une personne qui serait ensevelie sous la neige
  • Faire un contrôle des DVA: faire une vérification de l’état de la batterie, du bon fonctionnement des modes réception et émission et ne pas oublier de les placer en mode émetteur avant de partir en sortie
  • S’entraîner régulièrement aux techniques de recherche entre amis ou avec des professionnels
  • Consulter le bulletin d’avalanche et savoir renoncer à une sortie en cas de conditions défavorables
  • Lors d’un voyage sur un autre continent, vérifier que la fréquence d’utilisation correspond à 457 kHz

Suite à une avalanche, ne pas oublier que chaque minute compte et qu’il est donc vital d’agir rapidement en suivant des techniques de recherche bien définies.