DVA, sonde, pelle : indispensables en hors piste

Les expéditions en hors piste, que ce soit à skis ou en randonnée, procurent des sensations exceptionnelles. Il ne faut cependant pas oublier les risques qui y sont liés et notamment les risques d'avalanche. Pour se prémunir face à ce risque, il est nécessaire de s'équiper afin de venir en aide à des victimes en cas d'accident. Il existe un équipement de base que tout le monde doit connaître face à cette éventualité : le trio DVA, sonde, pelle.

Les expéditions en hors piste, que ce soit à skis ou en randonnée, procurent des sensations exceptionnelles. Il ne faut cependant pas oublier les risques qui y sont liés et notamment les risques d’avalanche. Pour se prémunir face à ce risque, il est nécessaire de s’équiper afin de venir en aide à des victimes en cas d’accident. Il existe un équipement de base que tout le monde doit connaître face à cette éventualité : le trio DVA, sonde, pelle.

La complémentarité du trio DVA, sonde, pelle

DVA

Le DVA (Détecteur de Victime d’Avalanche) se présente sous la forme d’un petit boîtier renfermant un émetteur-récepteur. Tous les DVA commercialisés en Europe émettent et réceptionnent à la même fréquence radio : 457 kHz.

Avant une sortie en hors piste, tous les DVA doivent être testés puis placés en position réception. Ainsi, en cas d’avalanche, les victimes ensevelies pourront être localisées par les personnes restant en surface, qui placeront alors leur DVA en mode émission.

Recherche avalanche

Jerome Bon – Flickr

Sonde

Après avoir déterminé la position approximative d’une victime grâce au DVA, il est nécessaire d’utiliser une sonde pour avoir la certitude qu’elle se trouve à l’endroit indiqué. La sonde est composée de 6 à 8 brins et atteint une longueur comprise entre 240 et 320 cm (240 cm étant la taille d’une sonde standard).

Lors de l’achat d’une sonde, il faut veiller à ce que celle-ci soit assez résistante pour ne pas rencontrer de problème en cas d’accident. Sur une neige trop dure, une sonde trop fine peut plier et donc perdre en efficacité. En utilisant la sonde lors d’un sauvetage, on peut connaître la profondeur d’ensevelissement d’une victime et avoir une idée de la taille du trou à creuser.

Pelle

Une fois la victime d’avalanche localisée avec certitude, il faut encore la dégager. Sans pelle, cette opération s’avère extrêmement compliquée. Dégager une victime en creusant à la main ou avec des skis prend 3 à 4 fois plus de temps, ce qui est problématique quand on sait que les 15 premières minutes après une avalanche sont vitales.

Les pelles actuelles sont en carbone et en aluminium, ultra résistante et légère. Elles permettent de dégager les gros volumes de neige ou de couper des blocs sans grande difficulté grâce à leurs bords tranchants. En plus de son utilité en cas d’avalanche, la pelle peut aider à construire un igloo, confectionner un traîneau de secours, etc.

Ne pas oublier !

Savoir utiliser le matériel est une chose mais avoir quelques bonnes habitudes et bons réflexes est tout aussi important :

  • Toujours porter son DVA sur soi, près du corps et non dans un sac. Le risque principal est de perdre le DVA dans l’avalanche.
  • Toujours procéder à des tests pour vérifier le bon fonctionnement du DVA avant un départ en hors piste.
  • S’entraîner régulièrement au sauvetage en cas d’avalanche. En situation réelle, le stress n’aide pas, il est donc vital de savoir adopter les bons réflexes.
  • Savoir renoncer à une sortie en cas de conditions météo défavorables, le trio DVA, sonde, pelle n’est en aucun une garantie.