Le snowscoot

Un sport hybride. Apparu dans les années 90, le snowscoot, encore appelé trottinette

Un sport hybride

Apparu dans les années 90, le snowscoot, encore appelé trottinette des neiges, est un sport de glisse récent qui commence à faire sa place dans les stations de sports d'hiver depuis une dizaine d'années. A mi-chemin entre le snowboard et le BMX, cette discipline hivernale, que l'on peut classer parmi les sports extrêmes, procure à ses pratiquants les mêmes sensations que le BMX sur la neige.

Les prérequis du snowscoot

Vous vous mettrez rapidement au snowscoot même si vous n'avez jamais pratiqué de sports de glisse. Si vous faites déjà du VTT ou du BMX, cela vous aidera à vous mettre au snowscoot. Les principales qualités requises sont un bon sens de l'équilibre, le goût du risque et de la vitesse, puisque le snowscoot peut atteindre des vitesses frisant les 120 km/h.

L'apprentissage

Les rudiments du snowscoot peuvent vous être transmis en une quinzaine de minutes. Il est cependant préférable de compter une demi-journée d'apprentissage encadré par un moniteur pour maîtriser correctement le maniement de l'engin avant de vous lancer seul sur les pistes.

Les conditions physiques

Bien que les articulations soient moins sollicitées qu'à ski, vous devez être en excellente condition physique pour pratiquer le snowscoot qui est une activité complète investissant autant les bras que les jambes. La musculature des bras doit être suffisamment développée pour maîtriser correctement le guidon et réaliser les courbes et trajectoires voulues. La position fléchie nécessaire à la glisse requiert une bonne musculation des jambes et du bas du dos.

Quel matériel faut-il pour faire du snowscoot ?

Le snowscoot

Le snowscoot ressemble à un BMX monté sur des skis ou encore à un snowboard muni d'un guidon. Les roues ont laissé place à des patins. Le patin avant associé à la fourche tourne grâce au guidon. Le patin arrière fait partie intégrante du cadre. Entre la fourche et le cadre, des silentblocs améliorent le contact du snowscoot avec la neige en amortissant les chocs. L'appareil ne possède pas de freins. Vous réduirez votre vitesse, en faisant des virages plus ou moins grands. Comme au ski, chasse-neige et dérapages vous permettront de vous arrêter.

L'équipement nécessaire

Comme tout sport extrême, des protections sont nécessaires pour la pratique du snowscoot en toute sécurité, à savoir un casque, des protections dorsales, des genouillères, des protège-tibias… Il est préférable de choisir des gants fins qui offrent une meilleure prise au niveau du guidon. Les chaussures de ski ne sont pas nécessaires puisque le snowscoot ne possède pas de fixations. Des chaussures de montagne antidérapantes et imperméables ou des bottes de snowboard conviennent et se glissent dans le footstrap du patin arrière.

Le leash

Le leash est un accessoire de sécurité obligatoire. Il s'agit d'un cordon qui relie le rider au snowscoot pour éviter que l'appareil continue à dévaler la piste en cas de chute et entre en collision avec un skieur. Il est impératif de toujours vérifier que le leash est bien accroché, que vous soyez sur les pistes ou sur le télésiège.

Tarifs

La location d'un snowscoot à la journée dans un magasin de sport s'élève au minimum à une trentaine d'euros et peut grimper jusqu'à une soixantaine d'euros pour un snowscoot haut de gamme. Vous pouvez également louer des protections pour quelques euros de plus. A cela s'ajoute le prix du forfait vous permettant d'emprunter les remontées mécaniques, similaire au forfait de ski.

Où pratiquer le snowscoot ?

Dans les grandes stations

Le snowscoot a fait son apparition sur les pistes de la plupart des grandes stations de sports d'hiver renommées que ce soit dans Les Alpes : La Clusaz, Tignes, Aussois, Les Menuires, Courchevel…, dans les Pyrénées : Font Romeu, Saint-Lary, Cauterets..., dans le Massif Central à SuperBesse ou dans les Vosges. Certaines stations ouvrent l'ensemble de leur domaine aux snowscoots. D'autres restreignent l'accès à certaines remontées mécaniques. Dans ce cas, les stations publient sur internet les remontées autorisées aux snowscoots. D'autres encore, telles que Megève ou les Deux-Alpes interdisent la pratique du snowscoot sur leurs pistes.

Dans les snowparks

Terrains de jeux réservés au freeride, tous les snowparks accueillent les snowscoots dans les stations où il est autorisé. A vous les barres de slide, half pipes, kickers, box, pour épater vos amis en réalisant des figures toutes aussi spectaculaires les unes que les autres !